Perspective catholique

Aux catholiques, à ceux qui le sont un peu et à ceux qui le sont pas tout

Le lancement du référendum contre le Mariage pour tous aurait dû avoir lieu après la session d’automne des Chambres fédérale (septembre), nul doute qu’une (large) majorité aurait voté cet urgent objet. Les lobbys homosexuels devront attendre encore un peu avant d’exulter : la commission des affaires juridiques du Conseils des États (CAJ-E) a décidé le 11 août 2020 de reporter le vote sur le mariage civil pour tous. Elle veut procéder à des auditions pour contrôler la constitutionnalité du mariage pour tous. Si la réponse est positive, le vote de cet objet aura lieu vraisemblablement lors des sessions en décembre. Un joli cadeau pour les fêtes de Noël que les élus offriront à leur pays. Nous serons prêts pour soutenir le référendum qui sera lancé.

Abbé Michel Simoulin – 25 Octobre 1923 : voici donc notre jeune Marcel qui rejoint son frère René au séminaire français de Rome. Il n’a pas encore 18 ans, et il va « se convertir » selon ses propres affirmations. Il était bon chrétien, mais ses convictions étaient encore un peu incertaines ! Elles vont trouver à Rome leur vérité ordonnée et leur fermeté.

Ce séminaire avait été confié en 1853 à la toute nouvelle congrégation du Saint-Esprit et du Saint Cœur de Marie, fondée par le Vén. Libermann. Celui-ci étant décédé en 1852, c’est au P. Lannurien, disciple préféré de Libermann, que Pie IX en confie la fondation.

C’est sans aucun doute M. l’abbé Berto qui a rendu le meilleur témoignage sur ce qu’était le séminaire du temps du P. Le Floch, dans son bel ouvrage Pour la Sainte Église Romaine. Je n’aurais donc rien à ajouter, sinon relever quelques autres appréciations sur ce qu’était la formation donnée au séminaire : qu’était donc ce séminaire ? Qu’avait-il de si particulier ?

Lors du décès du P. Le Floch, le bulletin général (BG n° 630 de mars-avril 1950) a publié une note assez longue et honnête, dont j’extrais ce passage, relevé dans la lettre d’un ancien : « Si au début de ce siècle, les idées du Père Le Floch concordaient parfaitement avec la réaction nécessaire contre le modernisme et avec la vigilance doctrinale de Rome sous Pie X, elles ne l’engageaient alors en aucune manière sur le terrain politique, et ma génération à Santa-Chiara ne s’en plaignit jamais. Aussi je considère volontiers l’âge d’or de ce Séminaire comme étant l’époque qui précéda la guerre. Évidemment le Père ne plaisait pas à tous et ne pouvait y prétendre avec sa personnalité très marquée mais il avait assez de largeur d’idée pour accepter une optique différente de la sienne, pourvu qu’on ne s’opposât pas systématiquement à ses directives intellectuelles et spirituelles. » … « A quoi servirait-il d’avoir un Séminaire à Rome, me dit-il alors, si l’on y venait uniquement pour les études ? On pourrait faire aussi bien en France et dans les autres Universités ; la raison même de Santa-Chiara c’est d’apprendre à penser comme on pense au cœur de l’Église, d’y puiser l’amour du Saint- Siège et de se former, en sentant comme l’Église, à une piété doctrinale. »

« Piété doctrinale », voilà le leitmotiv qui résume bien l’idée maîtresse du Père. Selon ce qu’en dit par ailleurs le bulletin général de la Congrégation n° 407 de juillet 1924, « La préparation sacerdotale suppose l’application assi­due aux sciences sacrées et la formation à la piété. Suivant la maxime de Claude Poullart des Places : un clerc pieux, sans science, a un zèle aveugle ; un clerc savant, sans piété, est exposé à devenir hérétique et rebelle à l’Église.

Au Séminaire Français, on se préoccupe de donner aux élèves une connaissance approfondie de la doctrine sacrée, un amour ardent de la vérité sans diminution, de les aider à acquérir ce sens théologique sûr et délicat qui leur fera discer­ner l’erreur sous les ornements littéraires dont on la couvre. (…) La science n’est bonne que si elle est soutenue et rele­vée par des vues surnaturelles. Le zèle pour les sciences sacrées se fondant entièrement dans le zèle pour la piété, produit l’unité harmonieuse de la formation sacerdotale telle qu’elle est recherchée au Sémi­naire Français. Cette fusion de la science et de la piété est l’idée maîtresse qui doit planer sur tous les détails de cette formation pour la féconder, l’animer et donner le branle à toute l’activité; idée haute et généreuse, évidente et simple, vivifiante et suggestive, engendrant la conviction pratique que, pour relever les âmes, la famille et la société, pour y faire entrer la force d’enseignement de la vérité catholique, il faut que du prêtre, comme d’un foyer sacré de lumière et de cha­leur, s’échappe le rayonnement d’une solide doctrine romaine et d’une piété ardente, fondée sur cette doctrine. » (…) La piété se fonde sur la doctrine et s’inspire de la liturgie, s’alimentant aux sources mêmes de la prière officielle de l’Église et s’harmonisant avec les fêtes du cycle ecclésiastique. L’orientation liturgique contribue à donner à la vie spirituelle cette simplicité et cet entrain qui sont la marque du véritable esprit de Dieu. Elle est entretenue au Séminaire par des cérémonies bien faites et des chants bien exécutés. Le Séminaire Français est, en effet, à juste titre, renommé à Rome pour la parfaite exécution du chant et des cérémonies. »

Cet idéal est exigeant et a besoin de bons et fidèles serviteurs pour être vécu, enseigné, transmis, et, plus encore que l’esprit du séminaire, il y a ceux qui ont animé cet esprit. Je ne peux pas tous les étudier et relèverai spécialement ceux dont Mgr évoquait souvent la belle figure : R. P. Le Floch, supérieur, le P. Marc Voegtli, 2eme assistant, directeur spirituel, professeur d’ascétisme et de pastorale, et le P. Joseph Haegy, préfet de culte, professeur de liturgie.

A tout seigneur, tout honneur, quelques témoignages sur le R.P. Le Floch.

« Honoré du sacerdoce, de ce fardeau qui fait trembler les anges, je fis don à Dieu par avance et dans un seul acte, de ce que j’aurais à souffrir pour Lui. Dieu qui n’accable pas notre faiblesse, m’a voilé les visions de l’avenir, ce qu’il ne fit pas pour sa Mère, à qui le vieillard Siméon annonça le glaive de douleur qui devait transpercer son âme ». (R.P. Henri Le Floch – Cinquante ans de sacerdoce – 31 octobre 1936)

Le jeune abbé Marcel Lefebvre lui-même, encore séminariste avait écrit à son supérieur : « Comment ne serait-on pas heureux dans une maison où ce qui nous est le plus cher au monde : “Dieu et son règne” est toujours placé devant nos yeux. Et ce bonheur nous le goûtons et l’apprécions plus encore durant les vacances, en voyant les autres le méconnaître, l’oublier ou encore, comme la plupart dans notre région, ne pas en faire pratiquement le vrai bonheur. Les ecclésiastiques eux-mêmes semblent croire que cette multiplicité d’œuvres est état normal et ne voient plus que par la presse, les conférences ! Instruire le peuple : voilà l’idéal, afin d’avoir de bonnes élections ! … C’est pourquoi, mon révérend Père, je suis si heureux de penser qu’en même temps que nous apprenons la fin, nous apprenons aussi les moyens. » (Lettre au P. Le Floch, 31/07/1925.)

D’autres élèves ont aussi témoigné : « Oui, c’est de tout cœur que je vous dis : merci, mon Père, pour tout le bien que j’ai reçu à Rome. Je m’en rends encore mieux compte après une année passée en France. Je m’efforcerai de garder toujours en moi un profond attachement à la doctrine catholique que l’on trouve à Rome avec plus de sûreté que partout ailleurs. » (Lettre de l’abbé Alfred Ancel au P. Le Floch, 13/07/1926.)

« Ce que je dirais tout d’abord, c’est toute ma vénération, toute ma confiance, toute mon affection filiale à l’égard du R.P. Supérieur. Impossible de l’approcher sans être conquis par son esprit sur naturel, l’élévation, la largeur et la sûreté de ses vues, sa franchise, sa fermeté, son affection paternelle très tendre, très délicate et très virile à la fois. Là me paraît être le secret de cet ascendant que le R.P, Supérieur a exercé et exerce encore sur tant de générations d’élèves. S’il me fallait résumer ma pensée, je dirais du R.P. Supérieur, qu’il est par excellence un Romain, un Chef et un Père. (Témoignage de l’abbé Johan)

Un autre ancien écrivait encore : « Vous nous avez enseigné le culte de la pleine vérité et l’horreur des vérités diminuées… Je me souviens de votre « paternité » si parfaite, inspirant le respect et gagnant les cœurs. Et après vingt-deux ans de sacerdoce, la prière de ma gratitude filiale au saint Sacrifice a grandi tous les jours… » (dom Albert de Saint Avid abbaye de Solesmes)

Ajoutons encore ce que M. l’abbé Berto lui écrivit le 21 novembre 1936, à l’occasion du jubilé du Père. « Quelques-unes de vos paroles me reviennent sans cesse, comme des maximes propres à éclairer toute ma vie sacerdotale… A la veille de ma première tonsure, vous m’aviez fait appeler. Je vous entends me dire : « Désormais votre temps ne vous appartient plus ; il appartient à l’Église ». Et vous étiez là, mon Père, et vous n’alléguiez pas votre exemple. Mais moi, je me le proposais intérieurement ; je pensais que je n’aurais jamais sous les yeux le spectacle d’une vie plus généreusement livrée au service de la sainte Église, plus totalement absorbée par elle.

Quelques jours avant mon sous-diaconat : « Il faut voir grand, me disiez-vous ; vous allez devenir le délégué de la prière de l’Église universelle et cela au centre et au cœur de la catholicité ; que jamais votre vue ne se rétrécisse. C’est à Rome qu’il faudra toujours revenir en esprit ; c’est l’unique haut lieu d’où l’on puisse tout découvrir, et où l’on puisse recevoir l’impression de tout ce qui se passe dans l’Église ». Ce conseil aussi, combien il m’a été précieux, combien il m’a été salutaire, aussi souvent que j’ai voulu le suivre ! Et combien j’aime à le répéter aux âmes dont maintenant je réponds devant Dieu !

Enfin, car il faut que cette lettre s’achève, je veux encore me souvenir devant vous d’une autre parole que vous m’avez adressée. J’étais prêtre depuis quelques jours, et j’allais chaque matin avec un confrère célébrer la messe dans l’église voisine de la Minerve… pardon ! plus chrétiennement de Santa-Maria sopra Minerva, à l’autel de saint Thomas. Me rencontrant dans la grande galerie : « Avez-vous assez remarqué, m’avez-vous dit, combien saint Thomas fonde la piété sur le dogme, et comme la spiritualité procède chez lui, non de telle ou telle opinion particulière, mais de ce qui est le plus assuré dans l’enseignement de l’Église ? C’est pour cela qu’il est le Docteur commun. Soyez bien aussi toujours, puisque vous aimez saint Thomas, un Docteur commun. » Vous aviez votre cher sourire, Père très bon, très aimé. Mais déjà je sentais mon départ tout proche, je buvais vos moindres paroles, celle- là m’est restée comme une sorte de testament.

C’est ainsi que vous nous formiez ; c’est ainsi que vous nous aimiez, attirant chaque jour davantage notre respect et notre amour. J’aurais cru, il y a dix ans, que ni l’un ni l’autre n’auraient pu croître ; ils ont bien grandi depuis ! C’est à l’épreuve du ministère, c’est auprès des âmes que j’ai connu ce que je vous dois. C’est alors que j’ai vu que je n’avais qu’à vous être fidèle pour être fidèle à mon sacerdoce et fidèle à l’Église de Dieu.

C’est pour cela, vénéré et bien-aimé Père, que je veux demeurer toujours, jusqu’à Santa Chiara de la Rome du ciel, votre fils plein de reconnaissance, de fierté, de très tendre dévouement. »

Monseigneur lui-même nous confiera : « Je ne remercierai jamais assez le bon Dieu d’avoir permis que je connaisse cet homme vraiment extraordinaire. » … « Le père Le Floch nous a fait entrer et vivre dans l’histoire de l’Église, dans ce combat que les forces perverses livraient contre Notre-Seigneur. Cela nous a mobilisés contre ce funeste libéralisme, contre la Révolution et les puissances du mal à l’œuvre pour renverser l’Église, le règne de Notre-Seigneur, les États catholiques, la chrétienté tout entière. » … « Je pense que toute notre vie sacerdotale — et épiscopale — a été orientée par ce combat contre le libéralisme. »

La même note du bulletin général 630 de 1950 rapporte que « C’est à Barbegal qu’est décédé le P. Le Floch, le mardi 21 février 1950. Ses obsèques ont été célébrées le vendredi 24 dans la chapelle du château, sous la présidence de Mgr de Llobet, archevêque d’Avignon. Mgr Monnier, vicaire général d’Aix-en-Provence, représentait son archevêque, Mgr de Provenchères, empêché de s’v trouver par suite d’un accident d’auto.

Bon nombre d’anciens élèves du Séminaire français s’étaient réunis pour donner à leur ancien maître le témoignage de leur reconnaissance.

Avant que Mgr l’Archevêque d’Avignon ne donnât l’absoute, Mgr Monnier, au nom de Mgr l’Archevêque d’Aix, prononça une touchante allocution et rappela « ce que l’Église et le clergé de France doivent à ce grand serviteur, humble et désintéressé, du Siège romain, qui en tout, toujours et partout, resta lui-même, homme à la conscience droite, homme de prière et de sage conseil, prêtre du Seigneur, formateur de prêtres, travailleur infatigable et austère, écrivain dont la force de pensée et l’art d’écrire étaient admirés des meilleurs juges…, qui se donna si entièrement et si noblement au service de l’Église et de la vérité, dont la caractéristique fut la bonté; supérieur du Séminaire français de Rome, de 1904 à 1927, il sut redonner à cette maison de formation cléricale toute sa valeur et il porta ce Séminaire à un degré, jamais connu et difficilement égalable, de piété et de science, de prospérité et de rayonnement.

« Pie X l’aima d’une particulière dilection ; Benoît XV le chargea efficacement de défendre sa politique religieuse au cours de la guerre 1914-1918 ; Pie XI lui envoya sa bénédiction pour son jubilé de 50 ans de sacerdoce ; au cours d’un voyage à Rome, Pie XII lui accorda une longue audience au cours de laquelle il lui témoigna sa paternelle affection. »

Cet éloge se termina par cette citation d’une parole du défunt : « Quand on a consumé ses jours dans le labeur désintéressé, Dieu donne sa grâce ; et dès cette vie on éprouve des joies supérieures, car sous la croix se cache une onction divine. »

Heureux fut-il d’avoir éprouvé cette onction !

 

 

Souvenez-vous dans vos prières

du

Très Révérend Père Henri LE FLOCH

de la Congrégation du Saint-Esprit
né au Caouet, en Kerlaz (Finistère), le 6 Juin 1862
Supérieur du Séminaire Français à Rome
de 1904 à 1927

Consulteur de la Suprême Congrégation du St Office

(1918-1927)

Pieusement décédé à Barbegal, en Arles (B.-du-R.)
le 21 Février 1950

BARADOZ DE ENE

« Pour moi, le jour baisse et il se fait tard ;

comme pour les disciples d’Emmaüs, que Jésus

daigne bien s’asseoir auprès de moi.

en atten­dant que je Le trouve bientôt face à face !

« Je rends grâces au Souverain Prêtre,

à la “Tutela Dormus ” la Vierge au Cœur Immaculé,

aux glorieux Patrons de notre Séminaire Fran­çais

de Rome, pour les faveurs reçues.

« Toute ma reconnaissance s’adresse aux

Souverains Pontifes pour les encouragements

qu’ils nous ont donnés, pour toutes leurs

béné­dictions.

« Je remercie les Évêques de France qui nous

ont témoigné leur confiance

par l’envoi de séminaristes et de prêtres, tous ceux qui nous ont

montré de l’amitié, de la bienveillance,

de la sympathie, au cours de mon Rectorat.

« Je remercie les élèves que j’ai eus au Séminaire Français,

qui se sont formés sous mes yeux, dans les vertus sacerdotales

et les études théologiques inséparablement unies.

« Dieu nous a octroyé l’honneur de souffrir pour Lui :

la douleur est la condition de la fécondité.

« Le flambeau de ma vie a été la doctrine du Christ,

enseignée par l’Église. »

 

  1. LE FLOCH (1946).

Appelé au service militaire pendant les années 1926 et 1927, j’ai eu la bonne fortune, d’une certaine manière, de ne pas assister à cette opération monstrueuse qui a été de destituer le cher Père Le Floch, directeur du Séminaire français. J’ai appris cela par des lettres, par des confrères et quand, en novembre 1927, je suis rentré du service militaire pour reprendre le séminaire, on m’a raconté comment cela s’était passé. Des émissaires du gouvernement sont venus au Vatican, et ont dit : « Nous ne voulons plus du Père Le Floch à la tête du Séminaire français. C’est un homme dangereux, c’est un… » Oh ! vous connaissez les termes que l’on donne : « intégriste, fasciste, ultramontain » et que sais-je, c’est facile de trouver des termes désobligeants pour noircir la situation. « Le Père Le Floch est de l’Action Française, le Père Le Floch est un disciple de Maurras, le Père Le Floch est ci et ça… »…

…on a fait une enquête pour voir si on pouvait trouver dans la direction du séminaire des choses qui étaient à lui reprocher ; ce n’était pas difficile, on trouverait toujours quelque chose, et on ferait comprendre au Père Le Floch qu’il vaut mieux qu’il donne sa démission et puis qu’il s’en aille. L’enquête fut faite par dom Schuster, un éminent bénédictin [1]. Résultat de l’enquête, entièrement favorable au Père Le Floch, entièrement favorable. Dom Schuster a fait un éloge sans limite de l’action du Père Le Floch, de la direction, de son séminaire, de l’influence qu’il avait sur les séminaristes, de la foi qui était la sienne et ainsi de suite…

Les adversaires du Père Le Floch, furieux du résultat de cette enquête, ont réussi à convaincre le Pape de faire une contre-enquête et de nommer quelqu’un qui aurait vraiment la charge de dire quelque chose qui pourrait faire mettre le Père Le Floch dehors. Alors, on a fini par trouver un professeur et un ou deux élèves du séminaire qui ont fait quelques remarques : il est trop à droite, trop maurrassien, trop antilibéral, trop… etc. Cela a suffi. Il a été condamné et obligé de partir. C’est absolument odieux.

Le pauvre Père Le Floch est donc parti et quand je suis revenu en 1927, le Père Berthet avait été nommé. Il était, lui, un homme à double face, d’apparence traditionnelle, mais en même temps très coulant… Plus question de condamnation, de lutte, de combat contre les erreurs. Laissons cela, soyons prudents. Alors, les dernières années ont été un peu pénibles au séminaire à cause de cela. D’ailleurs, il y a eu un certain nombre de séminaristes qui n’ont pas pu supporter cette condamnation du Père Le Floch et qui ont quitté le séminaire à ce moment-là. (Mgr Lefebvre – La petite histoire de ma longue vie)

[1] Dom Ildefonso Schuster, abbé du monastère bénédictin de Saint-Paul-hors-les-Murs, à Rome, avait été nommé Visiteur apostolique des séminaires de la province ecclésiastique de Lombardie (1926-1928). Il fut chargé, en outre, d’une Visite apostolique au Séminaire Français de Rome. En 1929 il sera nommé archevêque de Milan et cardinal. Il a été béatifié en 1996. (Note de l’éditeur)

Lettre d’information N° 21 – 8 septembre 2020 | Source : Perspective catholique